Aller au contenu principal
reseau
express
metropolitain

Essais du REM en 2022 : 5 jalons déterminants à franchir jusqu'à la mise en service

Avancement du projet
Publiée le

2022 est une année charnière pour le REM. Une série de jalons déterminants sont à franchir pour assurer la mise en service du segment de Brossard à Gare Centrale à l’automne 2022. Portrait des essais à suivre avec attention cette année…

Essais déjà réalisés
La fin de l’année 2020 et le début 2021 marquaient le lancement des essais des différents systèmes composant le REM. Voici un court bilan des tests réalisés depuis un an et demi : 

  • Circulation des voitures en mode manuel et automatique;
  • Fonctionnement de l’alimentation électrique;
  • Fonctionnement des portes-palières en station;
  • Systèmes de communication, de vidéosurveillance et tout autre équipement;
  • Interfaces avec les différents sous-systèmes (trains – voie – alimentation électrique - signalisation…);
  • Conditions hivernales durant les hivers 2020-2021 et 2021-2022;
  • Supervision des systèmes disponibles par le centre de contrôle;
  • Etc.
     
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
De manière générale, les essais ont permis de valider les orientations prises durant la conception du système ferroviaire et d’apporter les ajustements nécessaires à l’ensemble des sous-systèmes installés. On s’est assuré en priorité du bon fonctionnement, de la sécurité et de la fiabilité du réseau. 📷 Alstom / C. Fleury.
1 / 4
La zone d’essais actuelle se situe entre la station Brossard et le viaduc Pelletier, après la station Panama. 📷 Alstom / C. Fleury.

Prochaines étapes décisives d’ici la mise en service

 

1 - L’opération simulée

Période prévue : printemps

Pendant environ un mois, de mai à juin, les équipes de tests des systèmes laissent le plancher aux équipes d’opération et de maintenance pour la phase appelée « opération simulée ». 
Cette phase consiste à simuler le futur service, sans passagers, et à tester la capacité des équipes à effectuer les opérations courantes, dans différents contextes.

🎥 Alstom / C. Fleury

Qu’est-ce qu’on teste?

Pour la première fois, Groupe PMM – Opération et Maintenance l’entité responsable de l’opération et de la maintenance du réseau pour les 30 prochaines années – simule une série de journées typiques de service dit « normal », avec des fréquences de service de passage des voitures allant de 2,5 à 10 minutes. Lors de ces journées, plusieurs éléments doivent être validés : 

  • Le « réveil » des voitures dans le centre de remisage;
  • Le départ automatisé des voitures, du remisage jusqu’aux voies du REM, et leur retour;
  • La gestion de la flotte en fonction des requis de nettoyage et de maintenance;
  • La gestion de l’horaire de service et la fiabilité générale du système ferroviaire;
  • Et plus encore!
Aperçu au centre de remisage

Les équipes ne se contentent pas de tester uniquement des journées de service normal. Elles effectuent des simulations en mode « dégradé » consistant à simuler chaque jour, de manière aléatoire, un dysfonctionnement ou une panne qui pourrait survenir. Par exemple, l’absence imprévue d’une personne en salle de contrôle ou une porte bloquée en station par un voyageur. Les équipes doivent appliquer les procédures appropriées pour l’irrégularité simulée, comme dans la réalité. Cela permet notamment de tester :

  • Les procédures de dépannage au poste de contrôle et sur les voies;
  • La coordination des actions lancées entre le terrain et le poste de contrôle;
  • Les procédures de sécurité et de qualité du service;
  • La mise en œuvre du plan de gestion des situations dégradées; 
  • La reprise du service après incident;
  • L'adéquation des messages diffusés dans le réseau;
  • Etc.

L’opération simulée est en quelque sorte un rodage, grandeur nature, du futur service.
 

La voiture du REM circule sur la Rive-Sud pendant les essais.

2 – La fin des travaux d’électrification 

Période prévue : été 2022

Cet été, durant environ un mois, les trains seront complètement arrêtés afin de permettre à NouvLR, consortium en charge des infrastructures, de terminer les travaux sur les voies comme les travaux d'électrification, notamment.

Vue aérienne des travaux dans le secteur du canal de Lachine
Vue aérienne des travaux dans le secteur du canal de Lachine
Travaux d'électrification dans le secteur du Sud-Ouest
Travaux d'électrification dans le secteur du Sud-Ouest
Travaux d'électrification du réseau effectués par NouvLR
Travaux d'électrification du réseau effectués par NouvLR
1 / 3

Cet arrêt permettra aux travailleurs de se déployer intensivement, pour arriver à livrer un jalon important: l’électrification complète de l’antenne allant de Brossard à la Gare centrale.

 

3 - L’élargissement de la zone d’essais jusqu’à Montréal

Période prévue : été-automne 2022

Une fois le travail d’électrification de l’antenne complété par NouvLR et de multiples opérations de vérification des voies réalisées conjointement par NouvLR et Groupe PMM, les premières voitures du REM pourront enfin réaliser la grande traversée du pont Samuel-De Champlain, puis atteindre L’Île-des-Sœurs et le sud de Montréal. 
 

La première arrivée des voitures tests à la station Gare Centrale marquera certainement un grand moment pour le projet. Les travaux sont en cours et l'installation des caténaires se poursuit.

Groupe PMM répétera les essais dynamiques, mais cette fois-ci, pour un tout nouveau segment plus étendu. Les appareils de voies, les composantes électriques, tous les systèmes et technologies, notamment aux stations Île-des-Sœurs et Gare Centrale, pourront enfin être testés en étant commandés depuis le centre de contrôle de Brossard. 

L’antenne complète pourra être testée. 📷 Alstom / C. Fleury.

C’est aussi durant cette période que d’autres essais pourront être réalisés, comme des simulations de services d’urgence. Les équipes simuleront, par exemple, des évacuations de passagers d’une structure aérienne et des interventions des services d'incendie dans une station. Ces actions permettront de tester la bonne coordination avec les pompiers et les policiers municipaux, entre autres.

 

4 - La marche à vide

Période prévue : automne 2022

La dernière étape avant la mise en service est appelée la « marche à vide » (ou marche à blanc). Pendant environ un mois, le véritable service commercial sera mis en place, toujours sans voyageurs. L’ensemble des systèmes seront alors opérationnels et les voitures circuleront à la fréquence et aux horaires prévus pour la mise en service.

Viendra alors le jalon d’acceptation du système ferroviaire tout entier par REM. Pour ce faire, les équipes d’opération et maintenance devront avoir atteint des taux de fiabilité du système de 95 % au minimum. Ce jalon d’acceptation est nécessaire avant de mettre en service le REM. 
 

5 – L’étape finale : la mise en service

Période prévue : automne 2022, si tous les jalons ci-dessus sont concluants seulement.

Après avoir franchi toutes les étapes ci-dessus, la mise en service sera planifiée. Le public sera convié à une date précise d’ouverture, afin de célébrer le jalon ultime! Le système sera enfin ouvert au public 7 jours sur 7, 20 heures par jour, de la station Brossard jusqu’à la Gare Centrale. 

📷 Alstom / C. Fleury.

Malgré l’ensemble de ces essais, les premiers mois d’opération du réseau seront tout de même particuliers. Qui dit tout nouveau réseau, dit courbe d’apprentissage toujours en croissance pour les équipes d’opération et de maintenance et des changements d’habitude à prévoir pour les usagers, qui monteront à bord d'un tout nouveau système. Nos équipes seront très vigilantes au courant des premiers mois, avec deux priorités en tête : la fiabilité du système et la sécurité des usagers-ères et du public.

Carte du réseau

Actualités similaires

Avancement du projet

Une nouvelle séquence de tests et d’essais pour optimiser l’échéancier de mise en service pour le REM

20 juin 2022
X